Archives du mot-clé mort

Quelques jours pour profiter du prix cadeau !

journal-d-un-proctologue-et-autres-nouvelles-3952083Je n’ai pas eu le temps de m’occuper de ma rubrique « Les livres gratuits du weekend », mais voici un chouette livre en promo (pas gratuit, certes, mais pas cher, et de qualité !) que je vous recommande chaudement !

Pour en savoir plus, lisez ma chronique ici !

Hervé Heurtebise le blog

 Encore quelques jours pour offrir à votre liseuse le Journal d’un proctologue au prix cadeau de 0.99 € !

Passé le 1er octobre, il sera à 2.99 €
Alors dépêchez-vous !

http://www.amazon.fr/Journal-dun-proctologue-autres-nouvelles-ebook/dp/B00C5UMBC8

View original post

Sébastien Chevrey – Meurtre au sauna

IP3Je continue aujourd’hui avec Sébastien Chevrey, dont je dévore les ouvrages ces derniers temps !

Si les deux premiers volumes des aventures de l’inspecteur Poivrot étaient clairement basés sur l’humour, il n’en est pas de même pour ce troisième tome, Meurtre au sauna. Peut-être parce que l’auteur aborde un sujet qui semble lui tenir à coeur ?

Dans cette histoire, le meurtre (ben oui, il en faut bien un, sinon qu’est-ce que ferait Poivrot dans un sauna ?) ne sert ici que de prétexte à l’auteur. Il lui permet de creuser plus avant l’homophobie de Poivrot, de la démonter, et de faire évoluer le personnage vers plus de respect des différences. On l’aura compris, c’est en fait à un sujet de société que s’attaque Sébastien Chevrey dans son livre. Et même plusieurs, puisque les stéréotypes sexués sont également pointés du doigt !

Meurtre au sauna est un livre qui se lit tout aussi facilement que les autres de la série, car le style est toujours très fluide et agréable. On rit un peu moins, on pense un peu plus, c’est bien aussi !

Le lien amazon : Sébastien Chevrey – Meurtre au sauna

Le lien babelio :

Sébastien Chevrey – Le cadavre était mort

IP1J’ai passé un si bon moment à la lecture du « Livre Parfait » de Sébastien Chevrey il y a quelques jours que je me suis empressée d’aller visiter son site, pour voir s’il avait publié d’autres livres.

Quelle bonne surprise de découvrir plusieurs séries de nouvelles qui avaient l’air toutes aussi alléchantes les unes que les autres ! J’ai choisi de commencer par les aventures de l’inspecteur Poivrot, dont le premier volume s’intitule « Le cadavre était mort ».

Dans cette série, menée avec le talent et la verve qui caractérisent l’auteur, le lecteur va vivre « des enquêtes totalement folles menées par un inspecteur certes doué, mais uniquement lorsqu’il est ivre ! »

Tout comme l’enquête, le personnage de Poivrot est caricatural. Cynique. Grotesque. Détestable. Insupportable parfois. Mais doué ! Sébastien Chevrey tourne ici en dérision le genre de l’enquête policière tout entier, quelle qu’en soit la forme : nouvelle, roman, série télévisée… en créant une nouvelle catégorie : l’ironique-thriller. Tout le monde en prend pour son grade : la justice, les médias, Dan Brown et les auteurs à succès… C’est totalement jouissif. Et on en redemande. L’humour de l’auteur est certes parfois navrant (c’est lui-même qui le dit, car en plus de se moquer des autres, il se moque aussi de lui-même, ce qui le rend encore plus sympathique à mes yeux), jugez donc sur ce simple exemple : l’assistant de l’inspecteur Poivrot se nomme… Sherlock ! Mais du début à la fin du livre, on a le sourire au coin des lèvres, et la distance que prend l’auteur avec sa propre histoire au fur et à mesure qu’elle se déroule est absolument géniale.

On veut en lire d’autres (enquêtes), et ça tombe bien, il y en a déjà 4, et il y en aura encore plus, car l’auteur prévoit d’en publier une par mois !

Le lien amazon : Sébastien Chevrey – Le cadavre était mort

Le lien babelio :

Hervé Heurtebise – Journal d’un proctologue et autres nouvelles

journal-d-un-proctologue-et-autres-nouvelles-3952083Décalé. C’est le premier mot qui vient à l’esprit à la vue du titre étonnant de ce recueil de 3 nouvelles. Dans la première d’entre elles, Journal d’un proctologue, la lecture des premières pages confirme avec bonheur cette première impression. Extrait :

On devient proctologue par hasard, je ne connais pas un enfant qui voudrait le devenir une fois devenu adulte. J’imagine d’ici la scène du bambin annonçant à ses parents :
« Moi, quand je serai grand, je veux être proctologue !
— Tu veux être quoi ? ! ?
— J’veux être proctologue, j’veux que les gens s’agenouillent devant moi et moi, je leur mettrai des doigts dans le trou des fesses ! »

Mais si l’humour est présent tout au long du livre, il est tour à tour léger, moqueur, cynique voir carrément noir dans les épreuves les plus rudes. Et cet humour, très agréable à la lecture, sait aussi se mettre au service de thématiques fort sérieuses : la peur de vieillir, les désillusions du mariage, l’amour malgré tout, l’amitié, la maladie, la mort. Cependant, pour le narrateur, deux choses sont au-dessus de tout cela : sa fille et ses patients. Là, le ton se fait plus tendre, et le personnage qui peut parfois apparaitre comme « blasé, cynique et drôle » retrouve alors toute son humanité.

L’écriture est toujours souple et fluide, fine et incisive, et la forme du journal permet à l’auteur de varier habilement la longueur des anecdotes et des réflexions. Certains diront que certaines digressions font perdre le fil, je les trouve quant à moi tout à fait savoureuses ! À la première lecture de ce livre il y a quelques mois, je m’étais simplement posée la question de la nécessité de la deuxième partie, intitulée « Journal d’hospitalisation ». À la relecture, je la trouve finalement absolument indispensable, par la profondeur qu’elle apporte à la nouvelle : au bout du compte, lorsque nous sommes rattrapés par notre propre condition, que reste-t-il sinon l’amour et l’amitié ?

Le sport

« Franchement, le sport ça ne sert à rien, sauf à ne pas être essoufflé dans les déménagements. » Dans une société où les vertus positives du sport sont communément admises, le point de vue d’un sous-doué à qui arrivent tous les malheurs du monde. D’abord drôle, ensuite grinçant, finalement triste, ça m’a rappelé la fois où j’ai cassé mes lunettes au cheval d’arçon au collège… Heureusement que mes déboires se sont arrêtés là ! Et depuis, je porte des lentilles, c’est moins risqué 😉

Journal d’une Éreutophobe

J’ai volontairement repris ici le sous-titre de la troisième nouvelle. Éreutophobe ? Kesako ? Ce court récit est l’occasion de découvrir le sens de ce mot au travers d’une histoire touchante qui commence mal mais finit bien !

Une fois qu’on a découvert cet auteur talentueux, on en redemande ! Mais il va falloir faire preuve d’un peu de patience : ses prochaines publications sont prévues en novembre 2014, avec une participation à un recueil de nouvelles collaboratif (éditions Hélène Jacob), puis début 2016 pour un prochain ouvrage.

Le lien éditeur : Hervé Heurtebise – Journal d’un proctologue et autres nouvelles
Le lien amazon : Hervé Heurtebise – Journal d’un proctologue et autres nouvelles
Le lien babelio :